SIDI-BEL-ABBÈS

Jean-Claude SEGUIN

Sidi-Bel-Abbès est une ville d'Algérie.

1896

Le Cinématographe Joly de MM. Prinsac et Vernet (Salle du théâtre des Nouveautés, 1er-13 décembre 1896)

Même si le nom de l'appareil ne figure pas dans les articles publiés dans la presse bel-abbésienne, nous savons que l'appareil vient d'Oran et qu'il a présenté les mêmes vues animées. Les propriétaires du cinématographe sont MM. Gaston Prinsac et Louis Vernet

sidi bel abbes vernet 01 sidi bel abbes vernet 02
Photo Club Montilien (Montélimar), Enveloppe à Messieurs Prinsac-Vernet, directeurs du Synématographe à Sidi-Bel-Abés (Algérie), 14 décembre 1896.
© coll. Jean-Claude Seguin

Ils disposent d'un cinématographe Joly qui inaugure ses séances le 1er décembre 1896 :

Le Cinématographe
Depuis hier le « Cinématographe », qui pendant deux mois a fait courir tout Oran, est installé chez Monserrat dans la salle du Théâtre des Nouveautés.
Nous engageons vivement nos concitoyens à aller visiter, cette nouvelle invention.
Le spectacle est instructif et intéressant.


Le Messager de l'Ouest, Sidi-Bel-Abbès, 2 décembre 1896, p. 3.

En fait de théâtre, il s'agit d'une salle baptisée " Nouveautés " qui se trouve au-dessus du Café Monserrat. Ce dernier est un établissement dont on peut lire, dans la revue espagnole Alrededor del mundo, la description suivante : " [...] el café Montserrat, que no se cierra en toda la noche, porque en Bel-Abbes se vive de noche, lo mismo que en Madrid. " (Alredecor del mundo, 14 decembre 1899, p. 5). Quelques jours plus tard, nous avons quelques éléments du programme offert aux spectateurs :

Le Cinématographe
Salle comble hier de 8 à 9 h. du soir au Théâtre des Nouveautés où le tout Bel-Abbès désireux de s'instruire s'était donné rendez-vous, pour assister à une séance du cinématographe.
Parmi les tableaux les plus remarqués Pochard et Mastroquet, L'arrivée à Paris de L.L. M.M. Impériales de Russie et La Baignade des Nègres au Champ de Mars.
Nous engageons fortement nos concitoyens à conduire leur famille à ce spectacle aussi intéressant, qu'instructif.


Le Messager de l'Ouest, Sidi-Bel-Abbès, 5 décembre 1896, p. 3.

Le succès explique sans doute que les responsables décident de prolonger de quelques jours leur séjour à Sidi-Bel-Abbès :

Le Cinématographe
Le Cinématographe Français, devant l'accueil si sympathique que lui a fait toute la population Bel-Abbésienne, a retardé son départ d'une semaine.
Nous engageons vivement nos concitoyons à profilere de ce délai pour aller visiter une des plus modernes applications de la photographie instantanée et de la mécanique.
Toujours : Salle des Nouveautés, au-dessus du Café Monserrat.


Le Messager de l'Ouest, Sidi-Bel-Abbès, 9 décembre 1896, p. 3.

Plus aucune information jusqu'à l'annonce du départ prévu pour le dimanche 13 décembre 1896 :

Le Cinématographe
C'est irrévocablement dimanche que le Cinématographe quittera nos murs.
Aussi engageons-nous vivement nos concitoyens à assister aux dernières séances de cette exhibition intéressante
Voici la composition du programme :
Une Leçon de Bicyclette ; Dispute entre Cocher et Client ; Pochard et Mastroquet ; Les Forgerons ; Chargement de Décombres ; Cortège du Tzar à Paris et Baignade des Soudanais.
Le Directeur remercie le public bel-abbésien, de l'accueil bienveillant qui lui a été fait.


Le Messager de l'Ouest, Sidi-Bel-Abbès, 12 décembre 1896, p. 2.

Pourtant, le cinématographe Joly n'a pas tout à fait fini son séjour algérien, il va continuer son chemin en direction de Tlemcen.

1897

1898

Le Cinématographe Lyonnais
Ce matin est arrivé dans notre ville, le Cinématographe Lyonnais, actionné par l'électricité.
Les débuts auront lieu demain jeudi, à 8 heures du soir.
Nous engageons vivement nos concitoyens à assister à cette intéressant spectacle.Le  Progrès de Bel-Abbès, Sidi-Bel-Abbès, 26 octobre de 1898, p. 3.

Cinématographe Lyonnais
Nous avons la bonne fortune de posséder depuis quelques jours dans nos murs le "Cinématographe Lyonnais".
Il nous a été donné, hier soir, d'assister à la séance d'ouverture. Suivant l'expression des nombreux assistants, ce spectacle est tout simplement merveilleux. On a pu se rendre compte en effet, à la suite de l'exhibition des nombreux tableaux, des perfectionnements apportés à la reproduction de la photographie animée.
Nous ne pouvons qu'engager nos concitoyens à assister à ces intéressantes autant qu'instructives représentations.Le Progrès de Bel-Abbès, Sidi-Bel-Abbès, 29 octobre 1898, p. 2.

1899

1900

Cinématographe Lyonnais
Depuis quelques jours, nous avons la bonne fortune de posséder dans notre ville le Cinématographe Lyonnais, qui a obtenu partout où il est passé le plus vif et le plus légitime succès.
Nous engageons fortement ceux de nos concitoyens qui n'ont pas encore eu le plaisir d'assister aux séances de cet intéressant etablissement, de ne point laisser échapper l'occasion de la visiter; ils n'auront point lieu de la regretter.
Ils passeront là un moment aussi agréable qu'instructif.Le Progrès de Bel-Abbès, Sidi-Bel-Abbès, 17 octobre 1900, p. 2.

Cinématographe Lyonnais
Il y a foule à chaque représentation du cinématographe Lyonnais, et c'est justice, car c'est une des rares attractions où, pour une somme modique, l'on jouit d'un spectacle merveilleux et toujours nouveau.Le Progrès de Bel-Abbès, Sidi-Bel-Abbès, 20 octobre 1900, p. 2.

Accident
Mercredi soir, à la sortie du Théâtre, la voiture de Mme Vve B..., attelée de trois juments, a renversé sur son passage, rue du Sultan Mohamed, la femme du chauffeur du cinématographe Lyonnais qui était attablée sur la chaussée, devant le café Poujade.
D'après les constations faites, une des juments s'était débridée et par suite, le cocher n'a pu se rendre immédiatement maître de son attelage.
L'état de la victime de ce fâcheux accident n'est pas très grave.Le Progrès de Bel-Abbès, Sidi-Bel-Abbès, 20 octobre 1900, p. 2.

 

1901

Cinématographe
Aux personnes désireuses de passer un moment agréable, nous recommandons les amusantes et instructives représentations du The New Américan Cinematograph, qui vient de s'installer dans la salle située au-dessus du café Monserrat.
Pour une somme modique, on jouit d'un spectacle attrayant et merveilleux.
Les séances ont lieu tous le sjours, de 5 à 7 heures et de 8 h. 1/2 à 11 h. du soir.Le Progrès de Bel-Abbès, Sidi-Bel-Abbès, 3 août 1901, p. 3.

Le Cinématographe Américain
Le cinématographe installé dans la salle au-dessus du café Monserrat, clôturera demain, jeudi, ses amusantes et intéressantes séances.
Nous ne saurions trop engager les amateurs de ce genre de spectacles, à assister aux deux dernières représentations.
Le programme de ces soirées est des plus alléchant. En outre des nombreux tableaux qui seront offerts aux spectateurs, nous citerons le panorama de l'exposition de 1901 [sic], le ballet de Flore et les miracles du Bramine.
Le prix d'entrée est de 50 centimes.Le Progrès de Bel-Abbès, Sidi-Bel-Abbès, 7 août 1901, p. 3.

1902

1903

1904

1905

1906