TOULON

Jean-Claude SEGUIN

Toulon, chef-lieu de département du Var (France), compte 70.000 habitants (1894).

1896

Le Cinématographe de M. de Buisson (Casino, 12-[21] juillet 1896)

Le propriétaire du cinématographe, M. de Buisson, va organiser des séances cinématographiques dans la salle du foyer du Casino. L'inauguration a lieu le dimanche 12 juillet 1896 :

Le cinématographe.-La salle du foyer du Casino va devenir le lieu de réunion de toutes les personnes s'intéressant au progrès de la science.
Un cinématographe, en effet, est installé et, à partir d'aujourd'hui dimanche, on pourra assister à de curieuses séances de photographie animée.
Il n'est pas de parents qui refuseront à leurs enfants le plaisir qu'ils partageront, d'ailleurs, d'assister à ces expériences aussi amusantes qu'instrutives.
Faisons, remarquer, en terminant, que la salle du foyer du Casino ainsi que son entrée sont absolument indépendantes de celles du Casino.


La République du Var, Toulon, lundi 13 juillet 1896, p. 2.

Le lendemain un court compte rendu est publié par le même journal. Toutefois, aucune information sur l'origine de l'appareil, ni sur le répertoire des vues animées :

Le cinématographe.-Nombreuse était l'assistance hier soir au foyer du Casino. Tout le monde sait ce qu'est le cinématographe, reproduction exacte de la vie réelle et animée. Les divers sujets que l'artiste a fait hier soir défiler sous les yeux des spectateurs ont émerveillé l'assistance. Rarement nous avons vu spectacle plus intéressant et pus instructif. Nous engageons nos lecteurs à se rendre au foyer du Casino, ils y passeront une soirée agréable autant qu'amusante.


La République du Var, Toulon, mardi 14 juillet 1896, p. 2.

Le cinématographe est manifestement une nouveauté à Toulon et le journaliste se sent obligé d'expliquer quelque peu la nature de l'appareil et des projections :

Le cinématographe.-En raison du succès considérable obtenu par le cinématographe installé au foyer du Casino de Toulon, le directeur de cet intéressant établissement a décidé que des matinées de famille seraient données le jeudi et le dimanche, afin de se mettre à la portée des personnes qui ne peuvent sortir le soir.
Afin de mettre un terme à des suppositions mal fondées, nous devons informer nos lecteurs que le cinématographe n'a rien de commun avec les transparents lumineux du Casino.
Le cinématographe possède une installation des plus considérables, des plus curieuses et, surtout, tout à fait nouvelle et inconnue.


La République du Var, Toulon, vendredi 17 juillet 1896, p. 2.

Les lecteurs auront-ils compris ? Pas sûr. C'est finalement le 21 juillet qu'un dernier entrefilet rappelle le succès des projections cinématographiques :

Le cinématographe.-Cette exhibition de photographies animées obtient un succès toujours croissant.
Aussi, en prévision d'un départ prochain et pour permettre à tous les Toulonnais d'assister à cet intéressant spectacle, M. de Buisson, directeur du cinématographe, a-t-il décidé d'ouvrir la 2e série de ses représentations avec un prix d'entrée réduit de 0 fr. 50.


La République du Var, Toulon, mardi 21 juillet 1896, p. 2.

L'absence d'informations ultérieures pourrait indiquer que le départ a lieu dans les derniers jours de juillet.

toulon casino

Toulon-Le Casino (début XXe siècle)

Le Cinématographe (Place de la Liberté, [9]-[26] octobre 1896)

À la Foire de la place de la Liberté, qui se déroule au cours du mois d'octobre, parmi les nombreuses baraques se trouve celle d'un cinématographe :

La Foire de la Place de la Liberté:
- Le beau temps est propice à la foire de la place de la Liberté, où règne toujours une grande animation.
[...]
Le cinématographe (photographie animée) qui s'est installé derrière le monument de la Fédération possède une profusion de sujets.


Le Petit Var, Toulon, 9 octobre 1896, p. 2-3.

Toutefois les informations restent très lapidaires, même si la loge semble avoir quelque succès :

La Foire de la Place de la Liberté
Il est décidé que la foire se prolongera jusqu'au 26 octobre inclus.
Le succès qu'elle a obtenu et qu'elle obtient encore justifie cette prolongation.
La foule continue à visiter le champ de foire, à fréquenter toutes les baraques et à prendre part aux multiples distractions qui lui sont offertes.
[...]
Parlons aussi du Cinématographe placé dans l'allée du Grand-Hôtel. On y voit de véritables merveilles, devant lesquelles le spectateur s'extasie.


Le Petit Var, Toulon, 14 octobre 1896, p. 2.

Aucune information ni sur le type d'appareil utilisé, ni sur le forain qui présente les vues animées. À peine connaît-on quelques vues du répertoire, celles relatives au voyage du tsar dont on ignore l'origine :

La Foire de la Place de la Liberté
Malgré le brusque changement de température que nous venons de subir, la foire de la place de la Liberté continue à attirer beaucoup de monde. Le public prend un réel plaisir à visiter les baraques foraines et à assister aux nombreux spectacles qui lui sont offerts.
[...]
Le pavillon du cinématographe offre des nouveautés dont nous devons faire les plus vifs éloges. Le public sort enchanté de ses visites, tant ont été grandes sa curiosité et son admiration.
Samedi soir, représentation offerte gracieusement aux corps élus, à la presse et aux officiers de terre et de mer. Entr'autres nouveautés, on admirera diverses vues du récent voyage du tsar en France.


Le Petit var, Toulon, 16 octobre 1896, p. 2.

Il est probable que le cinématographe soit resté jusqu'à la fin de la foire.

toulon monument federation

A. Couturier, Edit. Phot., Toulon-Le Mounument de la Fédération (c. 1903)

1897

Le cinématographe Edison (Cuirassé Sissoï-Velicky, 4 décembre 1897)

L'alliance franco-russe signée en 1892 afin de contrecarrer la Triple alliance va donner lieu à de multiples manifestations d'amitié. C'est le cas des fêtes franco-russes qui ont lieu à Toulon à la fin de l'année 1897. Parmi les navires, le cuirassé russe Sisso-Velicky (le " Grand Sissoï ") est là depuis le mois de mars 1897 pour cause de réparation. C'est à l'occasion du bal organisé à bord que des projections cinématographiques sont organisées :

FÊTES FRANCO-RUSSES A TOULON
A Bord du « Sissoï-Velicky ». — Brillante Fête Dansante. — Le Gala de Mercredi au Grand-Théâtre.
Toulon, 4 décembre.
Cette après-midi, de 1 h. à 6 h., a eu lieu sur la rade de Toulon, la grande fête dansante donnée à bord du cuirassé impérial russe Sissoï-Velicky, par le commandant Paranégo et ses officiers en l’honneur des officiers de l’escadre et du port ainsi que des autorités militaires et civiles. Pour éviter un long trajet aux embarcations amenant les invités, le cuirassé, qui est ordinairement mouillé près de La Seyne, avait été rapproché le plus possible de notre port et amarré, à cet effet, au coffre n° 5, devant l’entrée de la vieille darse.
Le pont du navire avait été merveilleusement transformé en une superbe salle de bal décorée avec un goût exquis aux couleurs nationales des peuples amis. Les fleurs, les drapeaux et les trophées produisaient un effet féerique et la plume est impuissante à dire toute la magie du spectacle que présentait ce formidable vaisseau de guerre ainsi orné.
De nombreuses invitations avaient été lancées dans le monde maritime et militaire et dès 1 heure de l’après-midi, les invités commençaient à affluer sur le quai de Cronstadt, au bas de la rue Neuve, où les attendaient les embarcations mises à leur disposition pour les conduire à bord. La foule était si grande à ce moment, que la police avait dû établir un service d’ordre.
[...]
Le vaillant orchestre du bord et l’orchestre du casino ont fait merveille et exécuté les morceaux les plus entraînants dans les danses. Au commencement et à la fin de la matinée, il a joué brillamment la Marseillaise et les hymnes nationaux russe et espagnol. Un buffet somptueux et inépuisable a permis de sustenter les danseurs.
Parmi les surprises qui avaient été réservées à l’assistance, il convient de citer tout particulièrement le cinématographe Edison dans les amusantes projections ont obtenu le plus vif succès. Un Duel a la caserne, Défense d'Afficher, les Lutteurs et le Baiser ont été particulièrement goûtés. Ce n’est que vers 7 heures que s est terminée cette fête qui rappelait les plus belles journées de la grandiose réception de l’escadre de l’amiral Avellan en octobre 1893 à Toulon.


Le Petit Marseillais, Marseille, 5 décembre 1897, p. 3.

L'appareil utilisé est un Edison, mais l'identification des vues est plus délicate, même si Le Baiser pourrait bien être le classique May Irwin Kiss.

cuirasse sissoi

Le cuirassé Sissoï-Velicky (1897)

1898

1899

1900

1901

1902

Le Royal Vio ? (Grand Théâtre, 15-16 mars 1902)

Le Royal Vio ? arrive à Toulon à la mi-décembre 1902. Il participe à la soirée au bénéfice d'Albert Bourgoin :

GRAND-THÉÂTRE DE TOULON:-Bénéfice de M. Albert Bourgoin.
[...]
La direction lui a donnée pour cette soirée, avec le Papa de Francine, le succès actuel en cours de représentation, la première représentation du Royal Vio, sur notre scène municipale. C'est une remarquable attention appelée à un réel succès.


Le Petit Var, Toulon, samedi 15 mars 1902, p. 2.

Le même journal offre quelques informations complémentaires le lendemain, dimanche 16 mars :

GRAND-THÉÂTRE DE TOULON.-Royal Vio et Papa de Francine.-Ce soir a lieu la représentation donnée au bénéfice de M. Bourgoin qui occupe au théâtre les fonctions de régisseur général, en même temps qu'il apporte souvent son concours dans les représentations de drames et de comédies. On donne l'avant-dernière représentation du Papa de Francine, un de nos plus grand succès de cette saison, mais l'intérêt de cette soirée repose sur la présentation sur notre scène du Royal Vio dont le répertoire est vraiment très attrayant.
Les sujets du Royal-Vio sont très variés et très intéressants; quelques-uns même, tels que: La Guerre en Chine, le ballon dirigeable le "Santos Dumont", le Tzar en France depuis la revue navale de Dunkerque jusqu'à la revue de Bétheny terminant l'impressionnante charge de cavalerie, sont de la dernière actualité. C'est un beau spectacle à voir dont le perfectionnement arrive à donner l'illusion de la vie. Le Royal Vio attirera certainement  du monde au théâtre.


Le Petit Var, Toulon, dimanche 16 mars 1902, p. 2.

toulon theatre

Marius Bar, Phot. Toulon, Toulon.-Le Théâtre et la Caisse d'Épargne (c. 1902)

Après ces rares représentations, le Royal Vio ? va s'installer dans la Salle Marchetti peu après :

CHRONIQUE DE TOULON
[...]
Le " Royal Vio "-Vu l'immense succès qu'a obtenu le Royal Vio ? dans les trois représentations qu'il a données au Théâtre Municipal, il se voit obliger de rester encore quelques jours dans nos murs. Le Royal Vio ? donnera sa première représentations à la salle Marchetti, dimanche, à 8 h 1/2 du soir. Il donnera un programme très intéressant d'actualité et du plus haut comique.


Le Petit Provençal, Marseille, jeudi 20 mars 1902, p. 3.

Le Royal Vio ? (Salle Marchetti, 23 mars-[6] avril 1902)

Après les séances données au Théâtre, le Royal Vio ? va offrir de nouvelles séances dans la salle Marchetti :

LE "ROYAL VIO ?".- Nous apprenons que le "Royal Vio ?" qui vient d'avoir un succès bien mérité dans les représentations qu'il a données au théâtre municipal, reste dans nos murs et donnera quelques représentations, la semaine prochaine, à la salle Marchetti.
Le "Royal Vio ?" ne donnera aucun des tableaux qui ont paru sur notre scène du théâtre municipal, où il a dû abréger son séjour à cause de la première de La Passion.
Nous engageons nos lecteurs à aller voir ce spectacle qui est absolument merveilleux et qui fait passer d'excellentes soirées. La première représentation du "Royal Vio ?" aura lieu dimanche soir 23 mars, à 8 h 1/2.


Le Petit Var, Toulon, jeudi 20 mars 1902, p. 2.

En réalité, l'inauguration va être avancée d'un jour et la première a lieu le samedi 22 mars :

SALLE MARCHETTI.-Royal Vio ? Les préparatifs devant s'achever dans la journée, la première représentation de Royal Vio ? sera donnée samedi soir 22 mars, au lieu de dimanche comme il avait été annoncé précédemment.
Ce merveilleux cinématographe fera passer ses vues les plus intéressantes, les plus animées sur un écran de 60 mètres carrés. Citons parmi les meilleures: Une Course de taureaux avec mise à mort; Une chasse au cerf; Les Krémos, acrobates des Folies-Bergère; Fregoli, de l'Olympia, et le grand ballet Excelsior, du Palais de Cristal de New-York.
Nous engageons nos lecteurs à voir ce spectacle, qui est absolument unique en son genre.


La République du Var, Toulon, samedi 22 mars 1902, p. 3.

Le lendemain, le même journal, offre un bref compte rendu :

CHRONIQUE DE TOULON
[...]
Salle Marchetti.-Le " Royal Vio ? " a obtenu un grand succès, samedi dernier, à la salle Marchetti pour la première représentation. Il est vrai que le programme comprenait une succession de merveilles qui donnent tour à tour la note fantaisiste, instructive, émouvante, fantastique, etc. Il y a des visions d'une originalité de tout premier ordre : le chevalier Mystère, Méphistophélès, etc.
Ce soir, lundi relâche. Demain, mardi, troisième représentation du " Royal Vio ? ", Spectacle à 8 heures 1/2.


Le Petit Provençal, Marseille, lundi 24 mars 1902, p. 3.

Le succès se prolonge au cours des jours suivants et le programme est renouvelé régulièrement :

SALLE MARCHETTI.- Royal Vio ? Ainsi que l'avait annoncé le Royal Vio ? le programme de la soirée d'hier était complètement renouvelé, et c'est devant un public nombreux, ne ménageant pas ses applaudissements, que le Royal Vio ? a fait apparaître sur l'écran toute une série de scènes, comiques et tableaux inédits et de récente actualité.
Dans "Le Voyage de New-York à Chicago, ou 126 kilomètres à l'heure en chemins de fer" l'illusion est complètement; on se croirait en réalité dans le train: les gares, les tunnels, les scènes en wagon, tout en un mot se déroule devant les yeux du public; on frissonne en voyant arriver comme une trombe la puissante machine traînant derrière elle ses wagons en faisant un parcours de 126 kilomètres à l'heure.
Les scènes comiques les plus drolatiques ont su dérider les fronts des personnes les plus moroses : Les Luttes terribles; Le Disloqué; Le Diable au Couvent; Le Rêve du Radjah tout enfin a été applaudi et rappelé. Nous engageons nos lecteurs à voir cette attraction qui n'a plus que quelques jours à rester dans nos murs.
Aujourd'hui matinée à 2 heures; le soir représentation à 8 h 1/2. Ce spectacle se recommande aux familles.


La République du Var, Toulon, lundi 31 mars 1902, p. 2.

La clôture est finalement annoncée pour les premiers jours d'avril :

SALLE MARCHETTI.- Royal Vio ? En matinée, hier il y avait beaucoup de monde, pour assister au défilé merveilleux des vues cinématographiques. On annonce la clôture définitive pour cette semaine et ceux de nos lecteurs qui ne seraient pas allé rendre visite au Royal-Vio ? n'ont qu'à  se hâter.


La République du Var, Toulon, samedi 5 avril 1902, p. 3.

Peu après c'est le professeur Velle qui occupe la salle Marchetti :

SALLE MARCHETTI.-Nous rappelons que ce soir mardi aura lieu, dans cette salle, la reprise des représentations du professeur Velle et sa troupe. Au programme figurent, outre les merveilleuses expériences du magicien Velle, les intermèdes suivants:
Donnini Fregoli, dans ses scènes d'imitation, comédies et ventriloquie, et ses multiples transformations; Mad. Elven, l'énigmatique et émotionnante chanteuse visionnaire; le comique théâtre d'ombres et l'escamotage d'une dame. Les prix des places sont ainsi établis: Place de loge et chaises réservées aux premiers rangs, 2 fr.; Parterre, 1 fr.; Pourtout et Galerie, 50 cent.


La République du Var, Toulon, mercredi 9 avril 1902, p. 3.

Répertoire (autres titres) : Les Transformations de Frégoli à l'OlympiaUne course de taureaux (avec mise à mort par Guerrita) (Le Diable rouge, Toulon, 29 mars 1902, p. 2).

1903

1904

1905

Le Cinématographe (Place du Théâtre, [31] mai-[15] juin 1905)

Un cinématographe propose des projections animées, Place du Théâtre :

CINÉMATOGRAPHE.-Place du Théâtre, séance tous les soirs.


Le Petit Marseillais, Marseille, mercredi 31 mai 1905, p. 3.

La dernière annonce dans Le Petit Marseillais date du 15 juin (Le Petit Marseillais, Marseille, jeudi 15 juin 1905, p. 4), mais au mois de juillet le spectacle est ainsi présenté :

CINÉMATOGRAPHE.-Place du Théâtre et café du Commerce, tous les soirs, grand cinématographe.


Le Petit Marseillais, Marseille, lundi 10 juillet 1905, p. 3.

toulon place theatre

A. Bougault, edit. phot. Toulon-sur-mer, Toulon. Place du Théâtre et caisse d'Épargne (début XXe siècle)

1906