Julius KOCH dit CONSTANTIN

(Mauensee, [1875]-Mons, 1902)

koch julius 02

1

Koch. Descendance :

  • Julius Koch (Mauensee [1875]-Mons, 30/03/1902)
  • enfant.

2

Fils d'un peintre de portraits, Julius Koch alias " le géant Constantin " apprend la peinture jusqu'à l'âge de quinze ans, avant de fréquenter l'école d'art de Zurich. Handicapé par sa grande taille, il finit par Sa très grande le conduit vers le monde de la variété où son oncle et manager l'exhibe dans différentes villes et pays européens : Allemagne, Pays-Bas (1894-1895), Belgique (Anvers, juin 1897) France (Saint-Quentin, décembre 1896 ; Amiens, décembre 1897 ; Alençon, mars 1898 ; Laval, avril 1898 ; Tours, avril 1898 ; Nantes, mai 1898 ; Bordeaux, juillet 1898 ; Marseille, septembre-octobre 1898 ; Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, novembre 1898...).

koch julius 03

Le Géant Constantin (c. 1896)

À Dijon, en novembre 1898, Julius Koch accorde un entretien à un journaliste, grâce auquel nous disposons d'un certain nombre d'éléments biographiques :

LE GÉANT CONSTANTIN
Nous avons annoncé, avant-hier, l'arrivée en notre ville d'un phénomène ; c'est le géant Constantin, qui est visible tous les jours, de dix heures du matin jusqu'au soir, rue Bossuet, au premier, au-dessus de la Salle des Dépêches.
Voici, sur le géant Constantin qui est venu au Progrès nous rendre visite, dans une voiture à deux chevaux, quelques détails qu'il nous a donnés lui-même et qui intéresseront certainement nos lecteurs.
Le géant Constantin est né en Suisse, à Mbonzee [sic], près de Sursee (canton de Lucerne). Son père était peintre de portraits ; aussi Constantin apprit-il la peinture jusqu'à l'âge de quinze ans ; puis il fréquenta l'Ecole d'art de Zurich. Mais sa taille immense le gênait dans son métier, et il ne pouvait traverser les rues sans que tout le monde courût après lui.
Ce fut alors qu'on fit à son père des propositions pour l'exposer et divers agent vinrent de toutes les parties du monde pour traiter avec lui. Mais une soeur de la mère de Constantin étant mariée à un directeur de musée, ce fut son oncle qui se chargea de l'exhiber.
Le géant Constantin voyage depuis 3 ans ; il a visité une partie de l'Allemagne, la Hollande, la Belgique. Depuis dix mois qu'il est en France, il a été exhibé à Marseille, Lyon, Saint-Étienne, Grenoble.
Il est âgé de 19 ans et demi. Il mesure 2 mètres 45 sans coiffure ni chaussures ; 1 mètre 22 d'entre jambes ; ses pieds ont une longueur de 44 centimètres, il chausse du 65 ; sa main mesure 32 centimètres ; il a 1 mètre 35 de tour de poitrine. Son poids est de 166 kilogrammes.
Les parents de Constantin étaient, nous dit-il, de taille ordinaire ; cependant, un de ses oncles, supérieur au couvent de Suisse, mesurait 2 mètres 3 centimètres ; c'était déjà joli ; sa mère est morte depuis treize ans ; il a encore un frère plus jeune que lui et de taille ordinaire. Jusqu'à l'âge de 14 ans, Constantin n'a pas grandi de façon très anormale, quoiqu'à cet âge il mesurait déjà 1 m. 94. C'est à partir de cet âge qu'il se développa le plus rapidement, croissant de 15 centimètres par an.
Il faut huit mètres et demi d'étoffe pour lui faire un pardessus, et plus de sept mètres pour ses costumes. Comme il ne peut trouver de lit assez grand dans les villes où il passe, on lui met bout à bout les couches de deux lits.
Le géant Constantin est d'aspect un peu blême. Il jouit d'une excellente santé, nous assure-t-il. Sa nourriture spéciale consiste en lait et en bouillon, jamais d'alcool. Il mange 6 fois par jour ; à chaque repas, il boit son litre ; à midi et le soir, du vin blanc. Après un quart d'heure d'entretien, pendant lequel la salle de rédaction est envahie par les curieux qui veulent à toute force voir le géant, Constantin nous quitte en nous serrant fortement la main ; très drôle à le voir se baissant pour passer sous les portes, descendant avec difficulté les escaliers, appuyé d'une main sur la rampe et de l'autre sur l'épaule de son bar-[...], et posant avec précaution ses pieds en large sur les marches trop étroites pour ses immenses barques. Et il entre dans la voiture à quatre places qui l'attend dans la cour, il y entre de dos, avec la lenteur et la précaution, comme nous l'avions conté avant-hier.
Les curieux n'ont qu'à se hâter, le géant Constantin n'est visible que jusqu'au 2 décembre, un engagement l'appelant le 3, à Paris, aux Folies-Bergère.
C'est 25 centimes, 5 sous pour voir Gulliver.


Le Progrès de la Côte-d'Or, Dijon, 26 novembre 1898, p,. 2.

koch julius folies bergere koch julius 06 koch julius 05
Géant Constantin
décembre 1898
Folies-Bergère
Le géant Constantin (c. 1898) Giant Constantin
février 1899
London Pavilion

C'est à partir du 3 décembre qu'il se donne en spectacle sur les planches des Folies-Bergère. Il coïncide alors avec l'American Biograph :

À peine la Loie Fuller est-elle partie après une soirée d'adieux qui fut une véritable apothéose, que déjà M. Marchand la remplace par trois numéros extraordinaires qui débutent ce soir. C'est d'abord le géant Constantin, d'une taille jusqu'alors inconnue; il ne mesure pas moins de deux mètres cinquante cinq, pieds nus: puis les exquises sœurs Hengters, charmantes dans leurs chants et danses américains, et  la voyante dont les expériences de transmissions de pensée émerveillent tout le monde. L'American Biograph donnera également une nouvelle série de tableaux inédits.


Le Petit Parisien, Paris, 3 décembre 1898, p. 4.

Il est fort probable que le seul film que l'on connaît de lui, The Giant Constantin soit alors tourné. Les dernières prestations du géant Constantin ont lieu dans les premiers jours du mois de mars 1899 (La France, Paris, 10 mars 1899, p. 4). Il continue sa carrière d'artiste dans les années suivantes (Londres, 1899). En 1902, il est victime de la gangrène :

LE GÉANT CONSTANTIN. — On nous écrit de Charleville :
Le géant Constantin, qui s’est exhibé dans la plupart des villes de France, vient d’entrer à l’hôpital de Mons. Ses pieds sont gangrenés au point qu’il a fallu procéder à l'amputation de l'un d'eux. aucun lit d'hôpital n'étant assez grand pour l'infortuné géant (il mesure 2 mètres 53), on s'est vu obligé de l'étendre sur deux matelas.
La maladie dont souffre Constantin, et qui nécessitera peut-être l’amputation de l’autre pied, est très rare ; elle est spéciale aux gens dont la croissance est exagérée. Aussi les médecins en suivent-ils les diverses phases avec un intérêt passionné.


Le Temps, Paris, 7 février 1902, p. 3.

Il décède quelques jours plus tard.

koch julius 07 koch julius 04
Squelette de Julius Koch
©Musée de Mons
Sépulture de Julius Koch
©Cimetière de Mons

3

1898-1899

The Giant Constantin

4