THE ROYAL SPANISH WEDDING

urb 3122-3138

CUT 1906-11

3122 3132 3133
King Alfonso XIII. Leaving the Cathedral after Special High Mass, Accompanied by H.R.H. the Queen Mother and the Grandees of the Royal Spanish Court Royal Wedding Procession, With Bomb Outrage Automobile Fete Before King Alfonso and Princess Ena
3134 3135 3137
Arrival of King Alfonso and Princess Ena at the Cathedral of San Geronimo The Queen's Coronation Passing From the Chapel to the Palace Royal Military Review at Madrid
  3138  
  The King's Halberdiers Arriving at the Royal Palace. Madrid  

1

THE ROYAL SPANISH WEDDING

A GRAND SERIES OF PICTURES OF MADRID'S MAGNIFICENT PAGEANT, THE ROYAL MARRIAGE FETES, AND THE ROYAL BULL FIGHT, &c., &c.
Exclusive pictures by kind courtesy of
HIS MAJESTY KING ALPHONSO XIII OF SPAIN.
Being the only recipients of Royal concessions, we obtained facilities in choice of positions, etc. for taking exclusive pictures, which were not possible in the case of any other operating firm. 

CUT 1906-11 

2

1 Charles Urban Trading Co  
2 Félix Mesguich  
 

De la fiesta de hoy han sacado interesantes fotografías el redactor fotográfico de Nuevo Mundo, Sr. Campúa, y para une película cinematográfica M. Felix Nesgeiech [sic], enviado especial do la casa Erban [sic] Trading y compañía, de París, y Mr. E. Droohs, fotógrafo de un periódico inglés.


La Correspondencia de España, Madrid, 28 de mayo de 1906, p. 3.

 

AU MARIAGE DU ROI D'ESPAGNE
Juin 1906.
La haute bienveillance du marquis Quiñonès de Léon, ambassadeur d'Espagne à Paris, facilite ma présence à toutes les fêtes données à Madrid en l'honneur du mariage d'Alphonse XIII avec la princesse de Battenberg.
Dans l'église de San Jéronimo, une douce lumière perce imparfaitement les vitraux· au moment de la bénédiction nuptiale; je dois opérer au demi-ralenti et utiliser l'obturateur et le diaphragme à grande ouverture.
L'orgue résonne. Un suisse majestueux frappe le sol de sa hallebarde. La cérémonie commence, pendant que brûlent d'innombrables cierges et que, du chœur de la Basilique, des cantiques. mêlés aux fumées de l'encens s'élèvent vers le ciel.
Pour saisir le cortège qui doit parcourir la ville, dans un décor bien local, j'ai fait dresser une estrade dans la Calle Mayor, à l'angle de la Capitainerie Générale.
Précédés des trompettes dont les appels éclatent à tous les échos, les invités, hauts dignitaires de l'armée et du clergé, membres des Cortès, ambassadeurs étrangers et grands d'Espagne, sont accueillis par les acclamations de la foule.
L’enthousiasme augmente encore quand apparaissent les piqueurs qui conduisent l'équipage royal entouré d'une escorte serrée. Je les regarde approcher, à travers le rideau mouvant des cavaliers aux sabres étincelants, lorsqu'un éclair jaillit. Une explosion formidable retentit, le prisme de mon viseur a perdu sa transparence ; la voiture des souverains disparaît dans la fumée. Instant d'épouvante. Que s'est-il passé?
En une seconde, une bombe a tout bouleversé. Des morts et des blessés sont rapidement enlevés, des chevaux ensanglantés se débattent sur le sol.
Secoué d'un frisson de terreur, le peuple gronde. Singulière réaction d'un événement qui prend dans l’esprit des simples un caractère mystérieux, on me regarde avec suspicion. Je sens toute l'hostilité de cette foule. Les soldats la calment heureusement.
Rapidement; l’escorte de cavalerie s'est reformée. Dans un profond silence, Alphonse XIII, dont l'objectif suit les moindres gestes, descend du carrosse le premier; il tend la main à la reine, aussi blanche que son voile.
Aidés du service d'ordre et des officiers accourus, le Roi et la Reine prennent place dans une nouvelle voiture attelée de quatre mules harnachées de rubans aux couleurs espagnoles. Un moment disloqué, le cortège se remet en marche aux applaudissements d'un peuple en délire.
Et l'on perçoit les accords affaiblis des fanfares militaires qui s'éloignent; les dernières notes s'éteignent vers le Palais Royal.


Félix Mesguich, Tours de manivelle, Paris, Grasset, 1933, p. 108-112.

3 29-31/05/1906  
4 EspagneMadrid  

3

       

Les différentes versions du mariage du roi Alphonse XIII (mai 1906)

Les Différentes versions du mariage du roi Alphonse XIII (mai 1906)

Jean-Claude SEGUIN

Le mariage du roi d'Espagne, Alphonse XIII et de la princesse Ena, petite-fille de la reine Victoria, est un événement dans la couverture médiatique est ample, non seulement en Espagne, mais également en Grande-Bretagne et, plus généralement, dans le reste du monde. Toutefois, il existe encore plusieurs zones d'ombre sur les éditeurs de films qui vont alors envoyer leurs opérateurs pour filmer les différents moments des cérémonies.

Charles Urban Trading Co

Les producteurs britanniques sont, on s'en doute, particulièrement désireux de pouvoir proposer dans leur catalogue des vues de l'événement. D'une part, la Charles Urban Trading Co, fondée en juin 1903, envoie trois de ses opérateurs pour filmer les différents moments de ces festivités :

THE ROYAL WEDDING, MADRID.
Note.-We have Three of our most expert Photographic Artists at work in Madrid, &c., to record all importants Incidents and Ceremonies connected with the Mariage of Princess Ena to His Majesty King Alfonso XIII, of Spain.
While we have set the exclusive rights to photograph these festivities we nevertheless  have many special concessions, and, as the Trade knows, we always make the best of our opportunities, with the usual superior results and prompt deliveries.
The Era, Londres,  2 juin 1906, p. 31

L'un de ces opérateurs est l'ancien collaborateurs des frères Lumière, Félix Mesguich, qui travaille pour la Charles Urban Trading Co depuis plusieurs années. Ce dernier a rapporté, dans ses mémoires, l'évément. Même si son témoignage est parfois enthousiaste, il est le seul qui nous soit parvenu. Nous ignorons en revanche le nom des deux autres opérateurs qui font équipe avec lui.

urb 3122-3138 01

The Era, Londres,  2 juin 1906, p. 31

Le catalogue de la Charles Urban Trading Co de novembre 1906 décrit avec détail chacun des films qui constituent la série The Royal Wedding Spanish.

Warwick Trading Co

La Warwick Trading Co., dont l'un des responsables a été Charles Urban jusqu'en 1903 et son retrait de la société, annonce également un film, Royal Wedding, Madrid qui est annoncée le même jour que la série de la Charles Urban Trading Co.

19060001 02

 

The Era, Londres, 2 juin 1906, p. 31.

Cette annonce est complétée par un document graphique reproduisant un photographe du film

19060001 01 19060001
Warwick Trading Co., The King and Queen of Spain leaving the Church of San Geronimo after the wdding ceremony
Birmingham Daily Gazette, Birmingham, 5 juin 1906, p. 3
Warwick Trading Co
The Royal Wedding in Madrid

Warwick Trading Co., The King and Queen of Spain leaving the Church of San Geronimo after the wdding ceremony
Birmingham Daily Gazette, Birmingham, 5 juin 1906, p. 3

Dans Cinematography & Bioscope Magazine, dans son nº 3, publié en juin 1906, la Warwick Trading Co donne un résumé assez détaillé de la vue de la cérémonie à l'église des Gerónimos:

We can, without fear of contradiction, announce this film to be one of the most perfect ever produced. There is not a weak point in it anywhere, and by the courtesy of the Civil Governor and the Chief of Police in Madrid, we secured the exclusive right to photograph in front of the Church of San Jeronimo, and so obtained the arrival and departure of the Bride and Bridegroom as well as of the guests. The Secretaries of the British Ambassad of at Madrid worked like niggers to get us this position, which, of course, was the most important on the whole of the route. The picture opens by showing the arrival of the Grandees of Spain, followed by the carriages of the foreign Princes and special Envoys, from which the spectator secures an excellent impression of great splendour, of horses with gay trappings, of stately coaches of antique designs, and of infinite Royal pomp. Anon, the King's carriage arrives, heralded by mounted trumpeters, the horses led by footmen. As it comes slowly into view, the Royal carriage sparkles in the sun, and just before he alights, the King turns to the camera and smiles. Although he is within the carriage, there is no mistaking that it is King Alfonso, the portrait being superb. An empty equipage, the Carriage of the Gold Panels, follows, and a few minutes later, the troops again present arms, the trumpets blare afresh, and the cortége of the future Queen slowly comes into view, preceded by a Royal escort of cavalry. Hats wave and handkerchiefs flutter, and altogether it is a right regal spectacle. The wedding ceremony over, the King and Queen are next seen descending the steps of the Church of San Jeronimo, in full view on the screen. The portraits are unique, and the young Queen, in her bridal array, looks most charming.
They enter the State carriage, drawn by superbly caparisoned horses, and so the great procession of the day was formed. And yet it was to be but a brief period, from this time of joyous exaltation, as one of tho London dailies said, that the crime was committed that stained with blood the wedding day of King Alfonso XIII. of Spain and his beautiful and innocent bride. The Queen Mother, and Princess Henry of Battenberg are next soon leaving the church, followed by the Prince and Princess of Wales. They are all life-like portraits, and will be cheered to the echo wherever the film is exhibited. It is a marvellously clear and vivid description of the event of the year, and from a photographic standpoint, the film is absolutely perfect. The film closes with striking portraits of the King and Queen, surrounded by orange blossom. The length is 425 feet, and the price £10 12s. 6d.


Cinematography & Bioscope Magazine, nº 3, June 1906.

En revanche, le nom des opérateurs ne nous est pas parvenu.

Pathé

En France, seul Pathé va couvrir l'événement. La présence d'une équipe d'opérateurs de l'éditeur de films est attestée par la presse. Un article de La Publicidad de Barcelone, indique, en effet, que des vues ont été prises par la maison Pathé :

La boda del Rey y el cinematógrafo. —Es indudable que el acontecimiento de la boda real ha promovido un movimiento de general espectación y de inusitada curiosidad, agrandadas á medida que se han ido conociendo los detalles de que se hizo ayer víctima á los regios desposados.
A pesar de la grandiosa multitud forastera que ha podido darse la personal satisfacción de permanecer en Madrid y presenciar, por tanto, de cerca, la fastuosidad y esplendor de la Corte española, es sabido que algunos millones de españoles retenidos por sus ineludibles ocupaciones y por otras causas respetables, se han visto privados de presenciar un acto tan grandioso.
Para este caso, bien puedo decirse que no ha faltado la previsión en forma bienhechora pues no obstante y tratarse de un acto efectuado hace pocas horas y á la distancia de unos centenares de kilómetros de Barcelona, á la hora en que escribimos estas cuartillas hemos podido admirar y con nosotros admirará ciertamente hoy mismo toda Barcelona, toda la magnitud del acontecimiento de la boda del Rey por medio de unas películas preciosísimas, de mérito extraordinario, que ha impresionado en Madrid el personal artístico de la renombrada casa Pathe Fréres, de Paris, con sucursal en Barcelona.
En esas cintas se ve sencillamente todo; el espectador puede darse perfecta cuenta de que se halla personalmente presenciando el paso del nupcial cortejo; no se carece de un solo detalle y las imágenes perfectamente reproducidas con la sin igual maestría de esa casa que con razón se la considera la primera en el mundo, dan una idea tan completa, tan acabada del acontecimiento que llega á confundirse con la misma realidad.
La casa Pathé Freres que tiene desde hace unos días en Madrid a tres de sus más distinguidos operadores, entre otras de las cintas impresionadas, ha editado una tomada en el centro de la calle Mayor en el momento casi inmediatamente anterior al en que fue lanzado el explosivo.
Como relieve, detalle, manifestación fotográfica, y todo cuanto se pueda pedir en trabajos cinematográficos es digna de admirar la labor de la casa Pathe Freres y es de agradecer por otra parte el interés de la misma, porque sobreponiéndose a todo sacrificio y sin otra consideración que la de ser útil á sus clientes, y al público en general, ha hecho una verdadera y concienzuda obra de arte que será elogiada por cuantos la conozcan.


La Publicidad, Barcelona, viernes 1º de junio de 1906, p. 3.

1472a

C'est un ensemble de trois vues qui figure au catalogue Pathé sous le titre Fêtes en l'honneur de s.M. Alphonse XIII à l'occasion de son mariage Mariage du roi d'EspagneCourses royales et Grande revue. Parmi les opérateurs, il faut citer Segundo de Chomón qui est présent lors des cérémonies d'après le témoignage de son fils :

Nel 1906 realizzò al ripresa dello sposalizio di Alfonso XIII: un servizio di attualità nuovo per l'epoca e per cui la Casa PATHE lo chiamò a Parigi. Da allora incominciò la vera e propia carriera dell'operatore e tecnico cinematografico.


Roberto de Chomón, Don Segundo de Chomón Ruiz, Turín, janvier 1948. Archivio del Museo Nazionale del Cinema di Torino.

Ces vues vont se retrouver au catalogue Pathé où l'on publie de brefs résumés comme le suivant qui concerne Mariage du roi d'Espagne :

Grâce au cinématographe, il n’est pas besoin de se déplacer pour assister aux actualités les plus intéressantes. Ainsi le spectateur peut se faire une idée exacte de cette magnifique cérémonie : défilé des voitures de gala, entrée et sortie de l’église San Hieronimo, des princes et princesses royales au milieu desquels on peut distinguer le roi Alphonse XIII lui-même.


Compagnie Générale de Phonographes, Cinématographes et Appareils de Précision (Anciens Établissements Pathé Frères), Supplément de juin-juillet 1906, 32 p.  

Autres films

Il n'est pas douteux qu'un événement d'une telle envergure éveille l'intérêt de tous ceux qui, disposant du matériel nécessaire, peuvent touner des films. Pourtant, dès lors qu'il ne s'agit plus d'éditeurs de fiilms ayant pignon sur rue, il devient plus difficile d'identifier de tels films. La salle de cinématographe, La Latina, à Madrid, en juin 1906, annonce la présentation de vues animées du mariage du roi d'Espagne, Alphonse XIII, qui ont été tournées, expressement, pour cette salle :   

SALÓN DE "LA LATINA"
Las películas que de todos los festejos reales se exhiben en este elegante y favorecido salón teatro, son las más perfectas y artísticas que se conocen, pues la empresa, no perdonando sacrificios, las ha hecho impresionar por hábiles operadores exclusivamente para esta casa. Especialmente la cinta de la real comitiva el día de la boda de SS. MM. es una colección de retratos vivientes de los augustos esposos, todos los individuos de la real familia, príncipes extranjeros y cuantos personajes formaron parte de la misma, y viéndola no se pierde un detalle de la interesante y rica ceremonia.
También se exhibe otra cinta de gran interés "D. Alfonso cazando con M. Loubet", que tiene todo el efecto de la realidad.


La Correspondencia militar, Madrid, viernes 15 de junio de 1906, p. 3.

On ignore tout de cette série de vues. Dans la mesure où d'autres vues "originales" ont déjà été présentées dans le Salón La Latina, on peut admettre qu'il ne s'agit d'un simple argument publicitaire.